Einfach, schnell und neutral informiert
Wirtschaft > Wachstum
Cycle économique

Von: Frederic Habluetzel
Am: 17.06.20

- PDF Version
- Drucken
- Text bewerten
- Text kommentieren

Le circuit économique est un modèle qui permet d’expliquer simplement le fonctionnement de l’économie d’un pays. Dans ce modèle, on trouve les ménages et les entreprises. Les entreprises produisent alors que les ménages consomment. Les ménages fournissent les facteurs de production capital, travail et sol. Les entreprises en produisent des biens et des services. Un exemple simple est le travailleur qui reçoit son salaire de la part de l’entreprise à la fin du mois. Dans ce processus, le travail est échangé contre de l’argent.

Le circuit économique simple

Le modèle du circuit économique simple (cf. figure 1) représente les relations d’échange les plus importantes entre les entreprises et les ménages.

Comme tout modèle économique, il ne reflète pas fidèlement la réalité. Il la représente plutôt d’une manière très simplifiée. Seules les interactions les plus importantes y figurent.

En réalité, il y a des milliers de ménages différents. Tous ces ménages ne dépensent pas la même somme d’argent ou n’occupent pas la même superficie. Néanmoins, tous ces ménages différents sont rassemblés et représentés comme un seul acteur. En effet, ils ont fondamentalement le même objectif : offrir leurs facteurs de production et, en général, recevoir de l’argent en échange, qu’ils peuvent utiliser pour acheter quelque chose.

Il en va de même pour les entreprises. Il existe de nombreuses entreprises différentes, mais elles fournissent toutes une prestation qui nécessite des facteurs de production. Elles constituent donc la contrepartie des ménages.

Ménages

Dans ce modèle, les ménages font office de consommateurs et fournissent des facteurs de production.

En tant que consommateurs, ils dépensent leur argent pour acheter des biens et des services.

En outre, ils détiennent les facteurs de production sol, travail et capital. Ils les mettent à la disposition des entreprises contre une rémunération. Lorsqu’ils ne veulent pas dépenser tout leur argent, ils peuvent par exemple le prêter aux entreprises. Dans ce cas, cet argent est utilisé comme facteur de production pour produire de nouveaux biens.



Figure 1 : Le circuit économique simple (flux d’argent et de biens) d’après Brunetti (2009)

Entreprises

Dans le circuit économique simple, on ne trouve que les ménages et les entreprises. Ils produisent des biens et des services qu’ils vendent ensuite aux ménages.

La figure 1 permet de comprendre comment cela fonctionne. La flèche des ménages vers les entreprises qui indique « travail, capital et sol » représente les facteurs de production. Les ménages les mettent à la disposition des entreprises pour qu’elles puissent fabriquer leurs produits. Les entreprises vendent ensuite le produit fini aux ménages. Ceci est symbolisé par la flèche qui mène des entreprises aux ménages et indique « biens et services ».

Flux de biens (dont les facteurs de production)

Une entreprise a besoin de certaines ressources pour produire des biens. On les appelle généralement les facteurs de production. Dans le modèle du circuit économique, on compte trois facteurs de production : le travail, le capital et le sol. Dans d’autres modèles économiques, il existe également d’autres catégories. Ce qui est pris en compte dépend toujours des questions auxquelles on souhaite répondre et des hypothèses formulées pour le modèle.

Le facteur de production travail se rapporte à l’exemple déjà mentionné du salaire. Les gens travaillent pour une entreprise et reçoivent en échange un salaire à la fin du mois.

Le facteur de production capital représente l’argent versé aux entreprises par les ménages sous la forme d’un prêt. Au bout d’un certain temps, les entreprises doivent rembourser aux ménages le montant emprunté plus les intérêts (« frais d’utilisation »).

Le facteur de production sol est loué par les ménages aux entreprises. En retour, les ménages perçoivent un loyer.

Grâce à ces facteurs de production, les entreprises peuvent produire tous les biens et les services nécessaires. Elles les vendent ensuite aux ménages. Dans la figure 1, ceci est symbolisé par la flèche du flux de biens qui indique « Biens et services ».



Figure 2 : le cycle économique élargi (indiquant seulement certains flux monétaires) d’après Brunetti (2009)

Flux monétaires

Un échange est composé d’une prestation et d’une contrepartie. L’une de ces opérations se fait généralement sous forme d’argent. D’une part, les entreprises paient pour l’utilisation de facteurs de production. D’autre part, les ménages achètent des biens et des

services avec de l’argent.

Le circuit économique élargi

Le circuit économique simple peut être compris rapidement parce qu’il n’est pas très compliqué. Cependant, sa simplicité ne permet pas d’expliquer tous les phénomènes économiques. Pour cette raison, il existe un circuit économique élargi. Il est basé sur le circuit économique simple.

En plus deux acteurs que sont les ménages et les entreprises, on ajoute désormais l’État, les banques et les pays étrangers. Cela permet d’observer plus de flux de biens et d’argent. Dans la figure 2, il devrait y avoir des flèches symbolisant les flux monétaires et les flux de biens entre tous les acteurs. Par exemple, le flux de biens des entreprises vers les ménages (figure 1) est toujours valable. Si l’on dessinait toutes ces flèches, le graphique serait cependant peu clair. Pour cette raison, seuls quelques flux monétaires sélectionnés sont représentés sur la figure 2. À chacun de ces flux d’argent correspond un flux de biens dans la direction opposée. Par exemple, de pair avec la flèche « Paiement des importations » il y a le flux de biens « Importations ». Toutefois, cette flèche n’est pas indiquée, car la figure 2 ne montre que les flux monétaires.

Distinction entre les transactions économiques

Il existe des transactions unilatérales et bilatérales.

Jusqu’à présent, nous avons toujours considéré des transactions bilatérales et les avons décrites comme des échanges. Dans une transaction bilatérale, deux acteurs échangent une prestation et une contrepartie.

En réalité, cependant, il existe aussi des transactions unilatérales. Dans un tel cas, une personne bénéficie d’une prestation sans rien donner en échange, ou sans apporter de contrepartie (directe). On appelle aussi les transactions unilatérales des « paiements de transfert ». Bon nombre de ces paiements de transfert sont effectués par l’État. Par exemple, il vient en aide aux personnes dans le besoin par le biais de l’aide sociale. Il s’agit d’un des paiements de transfert versés aux ménages par l’État. Dans la figure 2, ils sont représentés par la flèche « Paiements de transfert (compensation sociale) ».

État

L’État est l’un des nouveaux acteurs dans le circuit économique élargi. Nous pouvons maintenant expliquer les différentes activités de l’État. Ainsi, les paiements de transfert mentionnés dans la section précédente sont intégrés dans le modèle. Toutefois, l’État dépense aussi de l’argent pour d’autres activités. Ces dépenses sont expliquées plus en détail dans l’encadré « Précisions ».

Pour que l’État puisse dépenser de l’argent, il a également besoin d’une source de revenus. Ce sont [[les [[impôt|1362]]s|838]], qui figurent également sur la figure 2. Celle-ci illustre le rôle particulier que joue l’État dans l’économie d’un pays. D’une part, il est seul à pouvoir prélever des [[impôt|1362]]s. D’autre part, les citoyens exigent de l’État qu’il remplisse certaines tâches (comme l’entretien des routes en Suisse).

Banques et institutions financières

Les banques et les institutions financières sont aussi de nouveaux acteurs dans le circuit économique élargi. En réalité, les ménages n’accordent pas directement de prêts aux entreprises. Les banques servent plutôt d’intermédiaires entre les ménages et les entreprises.

Un ménage peut mettre son argent à disposition de la banque et recevoir des intérêts en contrepartie. La banque prend cet argent et le distribue aux entreprises sous forme de prêt. Les entreprises doivent également payer des intérêts sur leur emprunt. Ceux-ci sont supérieurs aux intérêts perçus par les ménages. Les banques gagnent de l’argent grâce à la différence entre ces deux taux d’intérêt.

Ainsi, lorsqu’une personne dépose son argent à la banque, celle-ci l’investit dans les entreprises. C’est pourquoi en économie, on dit de manière simplifiée que l’épargne, c’est l’investissement.

Pays étrangers

Les pays étrangers sont le dernier de nos nouveaux acteurs. Il faut noter qu’en réalité, chaque pays commerce d’une manière ou d’une autre avec d’autres pays. Ici, on a regroupé les pays étrangers, qui se composent de nombreux pays et de partenaires commerciaux différents, en une seule entité. Vous trouverez des informations plus détaillées sur les raisons pour lesquelles les pays commercent entre eux dans notre article sur les avantages comparatifs du commerce.

Importation

La figure 2 inclut le flux monétaire « Paiement des importations ». Il s’agit de l’argent qui est transféré à une entreprise étrangère en échange de marchandises importées. Pour simplifier les choses, le flux de biens correspondant, « Importations », n’est pas illustré à la figure 2. Outre les ménages, les entreprises (ou l’État) peuvent aussi importer des biens. Les biens importés de l’étranger sont souvent indisponibles en Suisse ou moins chers à l’étranger. C’est pourquoi, par exemple, on commande des livres sur Internet ou fait ses commissions dans les pays frontaliers.

En plus de biens, on peut aussi importer des facteurs de production. Il s’agit, par exemple, de citoyens allemands qui viennent travailler en Suisse. Dans ce cas, le facteur de production main-d’œuvre est importé d’Allemagne.

Exportation

L’exportation est le contraire de l’importation. Des biens et des services (ou des facteurs de production) sont livrés à l’étranger contre de l’argent. Le chocolat, le fromage et les montres sont des exemples célèbres d’exportations suisses.

Comme dans le cas des importations, des facteurs de production peuvent également être exportés. La Suisse est un pays relativement riche. Cela signifie que les Suisses disposent d’un capital important. Cependant, ce capital ne doit pas seulement être investi en Suisse. Par exemple, un ménage peut acheter des actions étrangères. Alternativement, la banque peut utiliser l’argent mis à disposition par les ménages pour accorder des prêts à des entreprises étrangères.


Literaturverzeichnis [ ein-/ausblenden ]


Text weiterempfehlen:  

Jetzt informiert bleiben!

Jetzt ein­tragen und im­mer ein­fach und sch­nell infor­miert sein!

Tra­gen Sie jetzt Ihre E-Mail­adres­se ein und wir infor­mieren Sie sobald ein neuer Text von Vimentis zu aktuellen poli­tischen Themen er­scheint. Damit sind Sie im­mer auf dem laufen­den.

Text bewerten:

Sie haben den Text gelesen?
Bitte bewerten Sie ihn, damit wir unsere Qualität weiter sichern können. Danke!

Neutralität:
Einfachheit:
Gesamthaft:
Verbesserungsvorschläge / Feedback
optional

Kommentare von Lesern zum Artikel

Information zur Abschaltung der Kommentarfunktion

Der Verein Vimentis hat sich entschieden, die Kommentarspalte zu den Blogs zu schliessen. In der folgenden Erläuterung erfahren Sie den Grund für diesen Entscheid.

Der Blog, und dazu gehört auch die Kommentarspalte, sind ein wichtiger Teil der Diskussionsplattform von Vimentis. Gleichzeitig sind Werte wie Respekt, Anstand und Akzeptanz für den Verein von grösster Wichtigkeit. Vimentis versucht diese Werte selbst einzuhalten, sowie auch auf der Website zu garantieren.

In der Vergangenheit wurden diese Werte in der Kommentarspalte jedoch regelmässig missachtet, es kam immer wieder zu nicht tolerierbaren Aussagen in den Kommentaren. Das Löschen dieser Kommentare ist heikel und zudem mit grossem Aufwand verbunden, welcher der Verein nicht stemmen kann. Zusätzlich können die Kommentare praktisch anonym verfasst werden, weswegen eine Blockierung der jeweiligen Personen unmöglich wird.

Folglich hat der Verein Vimentis entschlossen, die Kommentarfunktion abzuschalten und nur den Blog stehen zu lassen. Der Blog erlaubt es Personen weiterhin, sich Gehör zu verschaffen, ohne sich hinter einem Pseudonym zu verstecken. Die Änderung sollte die Blog-Plattform qualitative verbessern und all jenen Personen ins Zentrum rücken, welche Interessen an einer sachlichen Diskussion haben, sowie die oben erwähnten Werte respektieren.